Accueil > Les spiritualités commençant par R > La spiritualité ram

Le sens spirituel de Ram



Un jeune Druide

Ram était un jeune Druide doux et grave, nous dit Schuré, qui avait montré « de bonne heure une aptitude singulière dans la connaissance des plantes, de leurs merveilleuses vertus, de leurs sucs distillés et préparés, non moins que dans l'étude des astres et de leurs influences. Il semblait deviner, voir les choses lointaines. De là son autorité précoce sur les plus vieux Druides qui l'avaient appelé celui gui sait » ; tandis que le peuple l'avait nommé l'Inspiré de la Paix.
Ram, après avoir voyagé dans toute la Scythie, dans les pays du Nord, se rendit dans le Sud, dans le pays des Noirs, qui était en pleine civilisation. Par son savoir et sa modestie, il séduisit les Prêtres Noirs, qui l'initièrent aux mystères, à l'occultisme. Son initiation terminée, Ram revint dans son pays, dans la Scythie, et il gémit dans son cœur, de voir l'ignorance et la sauvagerie de ses compatriotes. Aussi entreprit-il l'éducation, l'instruction et la civilisation des Scythes (des Celtes).
C'est Ram, qui fut l'inventeur du Gui et qui composa avec celui-ci une liqueur qui délivra ses compatriotes d'une affreuse maladie, d'une sorte de peste noire. Depuis lors, le Gui fut considéré comme une plante sacrée et devint l'objet d'un culte.


Les partisans et les opposants de Ram

Ram fut bientôt élu chef des prêtres de sa peuplade, et défendit les sacrifices sanguinaires. Les Druidesses, menacées dans leurs pouvoirs, se mirent à clamer des malédictions contre l'audacieux Druide qui voulait soustraire ses compatriotes à l'autorité des Druidesses. Les uns prirent parti pour Ram, d'autres contre lui. Il se créa deux camps qui adoptèrent deux étendards. Les partisans de Ram eurent le bélier Aries d'où aryens ; ceux des Druides, le taureau Tauros, taurus tricarinus, thor.
Une guerre formidable était imminente. Pour l'éviter, Ram emmena ses partisans au cœur de l'Asie, suivant en ceci les conseils de son génie familier, que l'ésotérisme Celtique nomme Aesc-heyl hopa, ce qui signifie : l'espérance du salut est au bois. C'est en effet dans les forêt, dans les bois que Ram allait consulter son Génie. « Esprit merveilleux qui es- tu ? », dit un jour Ram à son Génie ; et celui-ci lui répondit : « On m'appelle Déva Nahousha, l'Intelligence divine. Tu répandras mon rayon sur la terre et je viendrai toujours à ton appel, maintenant suit ta route, marche en avant ! » Et de sa main le Génie lui montra l'Orient.
C'est ce qui décida le départ de Ram pour l'Asie, où il fit créer pour son peuple le culte du Feu (Agni) continué plus tard par Zoroastre (Zarathuastra) qui n'a été que le continuateur de Ram.

Autres spiritualites :




En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
En savoir plus