Accueil > Les spiritualités commençant par H > La spiritualité hypnotisme

Le sens spirituel de Hypnotisme



Hypnotisme ou magnétisme

L'hypnotisme est un sommeil nerveux sui generis, bien différent du sommeil ordinaire. C'est dans la séance du 13 février 1882, à l'Académie de médecine, que le Dr Charcot affirma pour la première fois qu'il y avait en dehors du sommeil ordinaire, un sommeil nerveux. C'est de ce jour-là, que le magnétisme, étudié par Mesmer depuis plus d'un siècle (1775), fut pour ainsi dire officiellement reconnu.
Mais le docteur Charcot lui maintint le nom assez récent d'hypnotisme, pour ne pas reproduire le nom que l'inventeur Mesmer avait donné à ce sommeil, dit magnétisme. Charcot déclara en même temps que l'hypnotisme ne se révélait d'une manière claire et précise que chez les hystériques seuls, c'est-à-dire chez de graves malades seulement. Donc pas de somnambules, pas de médiums, pas de sensitifs en dehors des hystériques ; c'est bien entendu !


L'hypnose chez les hystériques

Nous avons fait du chemin depuis ce temps, à la fois si proche et si éloigné de nous, par les grands résultats obtenus. Nous n'ignorons pas, en effet, que si chez les hystériques, l'hypnotisme apparaît sous une forme brutale, excentrique, c'est-à-dire très exagérée, en un mot d'une façon pathologique, il apparaît au contraire, sous sa véritable forme, sous sa forme physiologique et normale chez les sujets sains, vigoureux et bien portants.
Nous savons aujourd'hui, à n'en pas douter par des milliers et des milliers d'expériences, que c'est seulement chez des sujets sains que l'hypnotisme revêt sa forme normale, que c'est donc chez ces sujets seuls et non chez les névropathes, qu'il faut étudier scientifiquement.
La caricature d'un homme n'est pas son portrait, pas plus que l'hystérie n'est l'hypnose. Si nous insistons sur ce point, c'est qu'on a beaucoup trop abusé de la Salpêtrière pour des expériences hypnotiques. Elles ont été fort curieuses, très récréatives même, mais nullement scientifiques. On y a fait le saut du tremplin, de la magie noire, de tout enfin, sauf de la science, car celle-ci, beaucoup plus modeste, ne fait pas autant de réclame et de bruit.


La genèse de l'hypnotisme

En ce qui concerne la véritable genèse de l'hypnotisme, elle est bien simple. La voici en quelques mots : Un savant allemand, Mesmer, expulsé de Vienne comme professant des théories subversives et perturbatrices de l'ordre existant, vint s'établir à Paris, qui était alors comme toujours, le seul refuge où les hommes de progrès et de valeur pouvaient développer librement leurs idées et leurs théories.
Certes, Mesmer trouva des partisans, mais il rencontra aussi beaucoup de détracteurs. Sa formule était alors trop générale, elle embrassait les corps célestes, la terre et les êtres animés. Mais comme tous les inventeurs, après la première incubation, il ramena sa doctrine à cette simple formule : c'est que l'aimant appliqué sur certaines parties du corps humain peut opérer la guérison des maladies qui affligent l'humanité, et il expliquait ce résultat par le passage du Fluide Universel à travers l'économie animale, fluide que l'homme pouvait provoquer par certaines passes faites avec les mains. Telle a été l'origine de la méthode que son inventeur dénomma magnétisme animal.
Ajoutons bien vite, qu'en somme Mesmer n'avait rien inventé, sa méthode étant vieille comme le monde et connue dès la plus haute Antiquité, car l'Avesta, un des plus anciens livres de l'Inde considérait la Médecine sous trois faces et divisait la thérapeutique en trois sections :

  • le couteau (la chirurgie)
  • les herbes (la médecine)
  • le Manthrâ (les conjurations magiques ou magnétisme)

Dès l'origine de la civilisation, cette troisième branche de l'art de guérir est restée occulte, parce qu'elle renfermait, disait-on, des secrets redoutables qui, entre les mains d'hommes méchants, pouvaient amener de grandes calamités. C'est pour cela que les anciens n'initiaient à la Science Sacrée, à l'Art occulte, que les intelligences d'élite, que les hommes sages et parfaits, que les Mages.
Revenant à Mesmer, nous dirons qu'il eut le talent de formuler en corps de doctrine et d'attirer le premier l'attention sur le ses effets remarquables et par là, inciter à de nouvelles recherches.


Les magnétiseurs après Mesmer

Après Mesmer, vint d'Eslon, Puységur, puis l'abbé Farina et Lafontaine. De ces trois derniers, le premier détermina le sommeil nerveux par son regard ; le second découvrit la suggestion ; quant au troisième, Lafontaine, il fut un vulgarisateur comme Pickman, Donato, Hansen, Lauri-Alli et tant d'autres. C'est Lafontaine qui créa Braid et le Braïdisme. Celui-ci avait assisté à une conférence de Lafontaine en Angleterre, il y fut avec l'intention bien arrêtée de démolir son système. Or, il se trouva qu'après avoir vu les expériences, il fut convaincu et devint à son tour expérimentateur habile.
Après ces derniers magnétiseurs, nous devons mentionner Pétetin, Husson, Rostan, du Potet, homme fin et distingué, puis Mesnet, Deleuze, Bertrand, Liébault, Durand de Cros, Azam, Georget, etc., etc., car à partir de ce moment, le nombre des magnétiseurs est si considérable en France qu'on ne peut plus les compter. Ils commencent, du reste, à se cacher pour soulager et guérir les malades, car leur clientèle est si considérable que les médecins à partir de ce moment, leur font une guerre acharnée.
Telle est la première période du magnétisme ou Mesmérisme dénommé par Braid, Braïdisme et Neurisme, enfin Hypnotisme.


Les états de l'hypnose

Quand on hypnotise un sujet, que se passe-t-il ? Le sujet éprouve d'abord une grande fatigue, une véritable prostration, accompagnée parfois d'une abondante transpiration. Puis il ressent une raideur générale dans tous les membres. Enfin il s'endort. Une fois endormi, il se passe en lui ce qu'on nomme des états de rapport, de sympathie, de contact, de sympathie à distance, de lucidité, de clairvoyance, de clairaudience, de suggestion, etc.. Les états de l'hypnose étant très variés.
En ce qui concerne l'extase, celle-ci se produit de diverses manières : par la volonté du magnétiseur, par les accords d'un instrument de musique ou par des pressions exercées sur le crâne du sujet.
Si nous nous occupons des divers états de l'hypnose, nous dirons que, dans l'état de rapport, le sujet n'est en rapport qu'avec son magnétiseur ou la personne avec laquelle celui-ci le met en rapport, ou enfin avec la personne qui est en contact avec la machine (pile ou aimant, objet quelconque magnétisé) qui a provoqué le sommeil. L'état de sympathie ou de contact est celui dans lequel le sujet, qui est comme précédemment en rapport ou en contact avec le magnétiseur, perçoit toutes les sensations éprouvées par celui-ci. L'état de sympathie à distance est celui dans lequel le sujet perçoit toutes les sensations éprouvées par le magnétiseur lui-même sans contact aucun avec celui-ci.
Enfin par suggestion, on peut actionner un sujet éveillé ou endormi. L'Ecole de Nancy n'admettait pas autrefois la possibilité d'agir sur un sujet éveillé ou du moins non endormi. Elle soutenait de plus qu'on pouvait suggérer des impressions, des sensations, mais non transmettre des idées. Ce sont là des faits aujourd'hui absolument démontrés, par des expériences si nombreuses que ces faits sont généralement reconnus par les personnes même étrangères à la science qui nous occupe.


La suggestion dans l'hypnotisme

On sait avec quel acharnement et quel parti pris la science officielle s'est inscrite contre le magnétisme. Ce n'était d'abord que du pur charlatanisme, compérage, imagination, hallucination, etc.
Il n'en a pas été de même pour l'hypnotisme. Le caractère essentiel, celui qui domine tout l'hypnotisme, c'est sans contredit la suggestion. Mais qu'est-ce exactement que celle-ci ? D'un côté, une volonté active qui commande et de l'autre une volonté passive qui abdique pour obéir ; ainsi donc un commandant et un obéisseur.
Ce qui caractérise le sujet hypnotique, c'est une docilité à toute épreuve. Il devient la chose, l'instrument dans la main d'un autre. La suggestion mentale est un fait aujourd'hui indiscutable. Auto-suggestion, suggestion consciente, suggestion inconsciente des assistants : la suggestion mentale est un mode de communication entre deux esprits ou cerveaux.
Les sens : vue, toucher, goût, odorat, ouïe, n'ont rien à y voir. Le choc se fait de cerveau à cerveau, d'âmes à âmes. La pensée toute nue suffit à suggérer un sujet. L'hypnotisme, loin de pouvoir nuire au spiritisme, lui est, au contraire, d'une grande utilité, lui sert pour ainsi dire d'un commencement de preuve.


L'intérêt que présente l'hypnotisme

L'hypnotisme n'intéresse pas seulement la physiologie, la pathologie et la thérapeutique, mais encore et surtout la psychologie. Dès lors, les penseurs et les philosophes peuvent bien l'expérimenter, il tombe donc dans le domaine public. L'hypnotisme, en effet, a beaucoup aidé à l'avancement de la psychologie. Sans lui, il ne serait pas possible de donner la quantité de preuves que l'on peut fournir au sujet des divers états de l'âme. C'est lui a permis de fixer divers phénomènes fugitifs, de les provoquer, de les étudier, de voir leur arrivée, de voir leur départ ou leur périodicité, etc., etc.
Sans l'hypnotisme, nous ne pourrions nous faire aucune idée du somnambulisme, de la clairvoyance, de la clairaudience, de l'extase ; cet état de sensitivité si exquise, qui permet de transporter le sensitif dans le pays des rêves et de lui faire goûter les sensations les plus douces, bien différentes des rêves provoqués par le sommeil naturel, ces derniers rêves sont souvent étranges, n'ont aucune signification et diffèrent totalement quant à leur origine, des impressions reçues dans l'état d'extase, qui est un état de veille et d'intense activité.

Autres spiritualites :