Accueil > Les spiritualités commençant par B > La spiritualité baal (ou beel ou bel)

Le sens spirituel de Baal (ou Beel ou Bel)



Une divinité phénicienne

Baal est le dieu principal des Assyriens, des Carthaginois, des Phéniciens et généralement des anciens peuples Sémitiques de l'Asie Occidentale.
Baal signifie Maître ou Seigneur. Au pluriel, Baelim est employé en style Biblique pour désigner les Dieux des Païens, des Gentils. Ce nom de Baal se retrouve dans divers noms de divinités sémitiques, tels que Baal-Bérith (Seigneur de l'alliance) ; Baal-Gad (Seigneur de la Fortune) ; Baal-Méon (Seigneur de Méon) ; Baal-Pharas (Seigneur du mal) ; Baal-Péor ou Baal-Phégor et par dérivation Belphégor (Seigneur du Mont Péor ou Phégor), mont sur lequel on célébrait les mystères en l'honneur de ce Dieu. Baal-Semen (Seigneur des cieux). Baal-Tharès (Seigneur de Tarse) parce que ce Dieu était considéré comme le protecteur de la ville de Tarse ; Baal-Tséphon (Dieu-sentinelle) ; Baal-Zéboud ou Baal-Séboud (Seigneur chasse-mouches), d'où Beel-Zébud des Hébreux.
A Carthage, on adorait en général la divinité sous le nom de Baalath qui n'est qu'une forme, ou flexion de Baal.


L'Être-suprême

Par ce qui précède, on voit que suivant les lieux, les temps et l'esprit de ses adorateurs, Baal était l'Être-suprême, la Divinité par excellence : le Soleil.
Dans la cosmogonie Chaldéenne de Bérose, c'est Baal ou Bel, qui divise deux Omorka, et produit ainsi le ciel et la terre. Les anciens identifiaient Baal avec Chronos, Cronus ou Moloch, et avec Melkarth l'Hercule Tyrien.

Autres spiritualites :




En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
En savoir plus